GORKI Maxime : La Mère

13,00

1 en stock

UGS : 2841092879 Catégorie :

Ce court roman (1908), considéré par Gorki comme son œuvre " la plus mûre ". salué à sa sortie par un immense concert d'applaudissements - et de sarcasmes (Lénine condamnera sans appel son " mysticisme ") -, traduit en français dès 1909 (mais de façon scandaleusement amputée). sera exclu des Œuvres complètes de l'écrivain par la censure marxiste... et condamné, par le fait, à près d'un siècle d'oubli. C'est donc un quasi-inédit que l'on propose aujourd'hui aux lecteurs de langue française. Et un inédit de la meilleure eau... Raconteur-né (comme Jack London à qui il fait si souvent penser), Gorki empoigne dès les premières pages les rênes de sa troïka pour un galop picaresque de sa façon... et fouette. cocher ! ... Matvei, son héros - qui lui ressemble comme un frère -. fait ses classes sur la route avec les vagabonds. pratique tous les métiers et finit par trouver la Voie - celle' d'un christianisme social parfaitement hérétique - au fil de rencontres hautes en couleur. La sainte Russie est vaste, et vaste aussi ce court roman qui contient la terre immense. Cette générosité-là, seuls les Russes de la grande espèce savent la pratiquer. Et peu importe, dès lors. qu'on adhère ou non aux idées de l'écrivain, aussi sympathiques qu'irréalistes. Il nous suffit daller avec lui sur ces chemins perdus semés d'embûches et de merveilles, qui finissent par rejoindre ceux des Mille et Une Nuits. Marx se perdra en cours de route, et Jésus lui-même... mais nous nous y retrouvons. Et c'est ainsi que Gorki est grand !

Auteur(s) : Gorki Maxime
TEMPS DES CERISES (LE)

Isbn : 2-84109-287-9 / Ean 13 : 9782841092871
Broché / 360 pages
14,0cm x 19,0cm x 2,3cm

Commencé en 1906, La Mère fut achevée à Capri où maxime Gorki était en convalescence. Très vite, le roman allait être connu, traduit et admiré dans le monde entier. Les éditions allaient se succéder et ce livre allait inspirer d'autres artistes tels le cinéaste Poudovkine ou Bertolt Brecht... Mais ces dernières années ce roman fondateur était devenu introuvable en France. Témoignage sur le mouvement ouvrier russe, quelques années avant la révolution d'Octobre, ce roman est aussi et d'abord le portrait étonnant et fort d'une femme du peuple : Pélagie, l'humiliée, la sainte, va devenir la symbole à la fois de la misère et du courage. Face aux persécutions et aux déportations, elle relève le drapeau et reprend le combat de son fils, Paul, et de ses compagnons... Un roman dont la dimension féministe, et l'aspect précurseur, ont sans doute été méconnus.

Informations complémentaires

Poids 0,65 kg