GARY Romain : Les Enchanteurs

6,60

2 en stock

UGS : 2070379043 Catégorie : Étiquettes : , , , , ,

Le narrateur, Fosco Zaga, est un vieillard. Hors d'âge. Deux cents ans peut-être. Chargé d'amour, il ne peut pas mourir avant qu'un autre homme aime comme il a aimé, et prenne la relève. Tout a commencé en Russie, sous le règne de la Grande Catherine, où Giuseppe Zaga, le père, exerçait ses talents de magnétiseur, alchimiste, astrologue, et surtout guérisseur de la Grande Catherine. Sa jeune femme, Teresina, moqueuse, espiègle, dont le talent naturel tranche dans cette tribu d'enchanteurs, est à peine plus âgée que Fosco. Et Fosco l'aime d'un amour infini qui l'oblige, deux siècles plus tard, deux siècles plus tard, à ressasser ses souvenirs, encore et toujours, pour empêcher Teresina de mourir réellement. Et elle ne meurt pas, comme si la plume de Fosco l'écrivain était parée de tout l'attirail d'illusionniste qu'il avait découvert, avec Teresina, dans un grenier magique de l'ancienne Russie.

Biographie
Romain Gary, de son vrai nom Roman Kacew, était un romancier français d'origine russe, né le 8 mai 1914 à Vilnius (Lituanie), mort le 2 décembre 1980 à Paris.
Il arrive en France, à Nice, à l’âge de 13 ans. Après avoir fait son droit à Paris, il s’engage dans l’aviation et rejoint la " France libre " en 1940 où il sert dans les Forces Aériennes Françaises Libres. Il termine la guerre comme compagnon de la Libération et commandeur de la Légion d’honneur. Après la fin des hostilités, il entame une carrière de diplomate au service de la France. À ce titre, il séjourne longuement à Los Angeles (Californie), dans les années 1950, en qualité de Consul général de France.
Il fut l'époux de l'écrivain Lesley Blanch et de l'actrice américaine Jean Seberg, dont il divorça. Un peu plus d'un an après le suicide de celle-ci (septembre 1979, par ingestion de barbituriques) profondément affecté par la décrépitude liée à son propre vieillissement, il se donna lui-même la mort, en se tirant une balle dans la bouche.
Après sa disparition, on apprit que, sous le pseudonyme d'Émile Ajar, il était également l'auteur de quatre romans dont la paternité avait été attribuée à son parent Paul Pavlovitch, lequel avait assuré le rôle d'Ajar auprès de la presse et de l'opinion publique. Ajoutons qu'Ajar et Gary ne furent pas ses seuls pseudonymes puisqu'il a aussi commis un polar politique sous le nom de Shatan Bogat les Têtes de Stéphanie, et une allégorie satirique signé Fosco Sinibaldi (les lettres s, i et n masquant les g, a et r de Gar-ibaldi) L'Homme à la colombe.
Romain Gary est ainsi le seul écrivain à avoir jamais été, par volonté de mystification ambiguë (Gary et Ajar signifient respectivement "brûle !" et "la braise" en russe ; des phrases de l'un sont dans l'autre), récompensé deux fois par le Prix Goncourt, la première fois sous son pseudonyme courant, pour les Racines du ciel, en 1956 et la seconde fois sous le pseudonyme d'Émile Ajar, pour La vie devant soi, en 1975. Méprisé par la critique de son vivant, considéré comme auteur réactionnaire parce que diplomate Gaulliste, l'épisode Ajar fut le pied de nez au Tout-Paris littéraire d'un authentique génie de la langue qu'on ne cesse de redécouvrir aujourd'hui.
Plusieurs de ses livres ont été adaptés au cinéma, notamment Clair de femme (1979) par Costa-Gavras, avec Yves Montand et Romy Schneider dans les rôles principaux, et La vie devant soi (1977) par Moshé Mizrahi, qui remporta l'Oscar du meilleur film étranger, et dans le rôle de Madame Rosa, Simone Signoret remporta le César de la meilleure actrice.
Romain Gary a également réalisé deux films, pour lesquels il tint en même temps le rôle de réalisateur et celui de scénariste. Cette partie de son œuvre n'a guère connu de succès.
Romain Gary a donné son nom à une promotion de l'École nationale d'administration (2003-2005).

Les Enchanteurs
Auteur : Romain Gary
Editeur : GALLIMARD
Isbn : 2-07-037904-3

Collection : FOLIO
Caractéristiques : Poche / 375 pages
Dimensions : 11,1cm x 18,4cm x 1,9cm.

Informations complémentaires

Poids 0.27 kg