Kropotkine Pierre : La morale anarchiste

4,40

1 en stock

" Pourquoi être moral ? " Une morale est-elle synonyme d'aliénation ? Est-il possible de vivre en balayant la soumission de l'individu, inculquée par des morales fondées sur la religion, l'arbitraire et les lois de l'Etat ? Telles sont les interpellations de Pierre Kropotkine : se libérer de l'habitude et de l'indifférence pour trouver une morale libre conçue par chacun, fondée sur l'entraide, la fraternité et le refus de sa propre mutilation.

Titre : La morale anarchiste
Auteur : Pierre Kropotkine
Paru le : 06/04/2006
Isbn : 2-7526-0240-5 / Ean 13 : 9782752602404
POCHE ESSAI : 75 pages
11,0cm x 17,0cm x 0,5cm

Pierre Kropotkine est né le 9 décembre 1842 à Moscou, mort le 8 février 1921 à Dmitrov, près de Moscou) est un anarchiste communiste, historien et scientifique.
Issu de la haute noblesse moscovite, il intègre l'armée à partir de 1857 et est affecté, comme officier des Cosaques, en Sibérie. À partir de 1867, il quitte l'armée pour faire des études de mathématiques et de géographie à l'université de Saint-Petersbourg. Il publie plusieurs travaux sur l'Asie septentrionale et explore la péninsule scandinave. À partir de 1872 Il fait partie de la fédération jurassienne de la Première Internationale. Il repart à Saint-Petersbourg où il mène une activité de militant clandestin. Il est emprisonné en 1874 et s'évade deux ans plus tard. Il se réfugie alors en Grande-Bretagne puis revient en Suisse, reprend son activité militante et publie plusieurs ouvrages politiques. Il fonde en 1879 le journal « le révolté ». Il est arrêté à nouveau en 1883 à la suite des grèves des soieries lyonnaises. Il est détenu à Lyon et amnistié en 1886, grâce à l'intervention, en particulier, de plusieurs personnalités dont Victor Hugo. Il s'installe alors en Angleterre et publie différents ouvrages de géographie et de politique.

Son ouvrage L'entraide, un facteur d'évolution en fera un scientifique internationalement respecté. Il collabore notamment à la Géographie Universelle d'Élisée Reclus ainsi qu'à la Chambers Encyclopædia et à l'Encyclopædia Britannica. En 1916, la signature du manifeste des 16 lui valut de la part de ses anciens amis le petit nom d'« anarchiste de gouvernement ». Il retourne en Russie en 1917 et refuse un poste de ministre, proposé par Aleksandr Kerenski. Il prend une attitude critique vis-à-vis du pouvoir bolchévique notamment de la personnalité de Lénine et des méthodes autoritaires de la nouvelle URSS.

Sa mort constitue la dernière manifestation publique anarchiste en URSS. Plus d'un million de personnes participèrent au cortège funèbre le 13 février 1921.

Informations complémentaires

Poids 0.15 kg